Après un épisode introspectif, qui l’avait amenée à se pencher sur son encombrant passé, dont elle veut se débarrasser (Je suis un tueur, Jessica Blandy 17), Jessica n’a ici d’autre choix que de se replonger au cœur de l’action. La raison ? Un contrat ! Un contrat de 250.000$ sur son nom !
C’est en effet la somme que Robby, le flic pourri , est prêt à payer pour voir disparaître celle qui détient des preuves de sa corruption et les a couchées noir sur blanc dans un manuscrit.
La recette est éprouvée, mais efficace. Un thriller, de l’action, un zeste d’érotisme, une touche de désillusion, le tout planté dans un décor américain, à l’ambiance admirablement reconstituée. Messieurs Renaud et Dufaux, continuez à nous servir Jessica aussi régulièrement (le rythme de parution des albums doit être environ d’un tous les neuf mois, ce qui est assez rare pour être signalé), on en est friand !
Résumé de l’album : « 250 000 $ ! Une somme qui fait tourner bien des têtes ! 250 000 $ ! C’est la mise à prix pour la tête de Jessica Blandy ! 250 000 $ ! Flics ou mafiosos, le premier qui la butera touchera le pactole !
Plus un bonus pour la mort de chaque personne qui a pu la croiser, de loin ou de près.
Poursuivie à travers tout le continent américain, la blonde héroïne n’a d’autre solution que de se réfugier chez sa vieille “amie” Salina, proxénète de son état, qui accepte de la cacher en échange d’un petit service : passer une nuit chez Osmond Portland, un milliardaire jeune, beau… et malade. Très malade.»